Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Mariage à l'indienne de Kavita Daswati

Mariage à l'indienne
de Kavita Daswati

Roman traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Pascale Michon

Titre original : For Matrimonial Purposes

Éditions Livre de Poche
317 pages - prix éditeur : 6,10 € - prix acheté : 2,91 € chez Recylivre

ISBN : 978-2253111320


Anju, indienne originaire de Bombay, a la trentaine passée mais à cet âge, elle n'a pas encore de mari. Un malheur pour ne pas dire un désastre en Inde où cela fait au moins 10 ans qu'elle devait être mariée. De plus, sans mariage d'Anju, ses frères qui sont plus jeunes qu'elle : Anil et Anand, attendant eux aussi leur tour et il était impensable pour leur parents que les deux jeunes frères, très prisées eux par contre, se marient avant l'aînée de la famille. Le célibat d'Anju était LE sujet de discussion de toute la famille voire de tout Bombay jusqu'aux États-Unis en passant par Londres où elle avait de la famille, un problème très très grave et sujet principal de nombreuses discussions familiales.

 
Le roman commence lors du mariage de sa cousine Nina la vingtaine à peine passer, Anju a à environ 10 ans de plus et célibataire. Ensuite l'auteur nous fait un retour en arrière d'au moins 10 ans pour connaître le parcours d'Anju, sa vie en Inde, puis à New York, ses allers-retours entre les États-Unis et l'Inde, ses études, ses rencontres, son travail, sa présence lors de mariages indiens ...


Anju avait décidé vers ses 26 ans de faire des études d'un an à New York et avait ensuite décidé d'y rester plus longtemps surtout qu'elle avait trouvé un travail comme un genre de journaliste de mode. Elle adorait sa vie à New York mais ça n'arrangeait pas l'affaire de se trouver un mari car elle vivait seule et indépendante.Quelques années avant d'être aller au États-Unis, sa mère désemparée que sa fille ne trouve pas de proposition de mariage a fait appel à des gourous, des prêtres, des astrologues, ... mais tous étaient formels, elle ne se marierait pas de si tôt. Elle devait alors faire des jeûnes, porter des grigris, citer des mantras jusqu'à trouver un mari. Après la consultation de ces personnages, elle dût aussi entreprendre des pèlerinages à travers l'Inde avec ses parents pour enlever le mauvais sort. C'est ensuite, qu'elle décida de partir pour New-York.



Alors qu'au mariage de sa cousine, elle a environ 32 ans, finirira-t-elle par trouver le mari tant désirer par elle et ses parents ?




Mon avis sur le livre
J'ai dévoré le livre en deux jours, il se lit très facilement, on se prends d'affection pour Anju et ce roman a été écrit avec une note d'humour qui rends le livre très agréable et très simple à lire. Je vous conseille de le lire lors d'un déplacement, sur votre serviette de plage cet été, ...



 

Mariage à l'indienne de Kavita Daswati
Mariage à l'indienne de Kavita Daswati
Mariage à l'indienne de Kavita Daswati
Mariage à l'indienne de Kavita Daswati

Mon père poussa un profond soupir et prit la parole avec plus de calme cette fois.
- Ce n'est pas parce qu'une pomme est pourrie que tout le panier est pourri, énonça-t-il dans un accès de Reader's Digest. Tu ne peux pas en vouloir à tous les garçons parce qu'il y a eut une erreur sur l'un d'entre eux. On a essayé et ça n'a pas marché, d'accord. Eh bien, essayons encore.

- Maman, je veux simplement être heureuse.
- Beti, répliqua-t-elle, je ne veux pas que tu sois heureuse. Je veux que tu sois mariée.

L'amour par lui-même est magnifique, lui répondis-je, mais si les gens croient que c'est ce qu'ils éprouvent lorsqu'ils se rencontrent pour la première fois, ils se trompent. C'est pour cela qu'ils divorcent, parce qu'ils pensaient que l'amour, c'était autre chose. Il n'y a même pas de mot pour dire "Tomber amoureux" dans notre langue. A la place, nous disons pyar hogaya - l'amour est arrivé. C'est tout ce qu'il y a à en dire. Tu vois la gentillesse de quelqu'un, tu vois si cette personne est ajustée à toi, ton cœur s'ouvre à elle et alors l'amour arrive. Et quand les deux familles sont tout autour de toi pour te bénir et soutenir cette union - il n'y a rien de plus magique que cela.

page 151

Certains disent qu'on trouve l'amour quand on arrête de le chercher. Ils disent que dès l'instant que vous vous donnez dans votre travail, que vosu avez des amis, des centres d'intérêt autres que la vie sentimentale, alors l'homme ou la femme de vos rêves entre en gambadant dans votre vie.
Pour moi, ils ont tort.
En fait, quand vous cherchez l'amour, vous ne pouvez jamais vous arrêter. La possibilité de le rencontrer plane sur chaque invitation à dîner, chaque cocktail, chaque avion, train ou bus. Elle est suspendue au-dessus de vous chaque fois que vous assistez à un mariage, que vous prenez un cours de langue ou que vous choisissez une table près de la fenêtre dans votre restaurant préféré. Son parfum nous appâte à chaque coin de rue. Ça pourrait arriver demain. Ça pourrait arriver aujourd'hui.

J'étais étrangement attirée par le système séculaire du mariage arrangé. J'y voyais une forme d'exotisme, de la noblesse, de la délicatesse - de quoi m'élever au sommet de la bonne conduite sociale : une jeune fille épouse l'homme que les membres de sa famille ont choisi pour elle. Acte de piété suprême, source d'innombrables bénédictions, si l'on en croit la tradition.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article