Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Adieu mon soldat indien de Vijay Singh

Adieu mon soldat indien de Vijay Singh

ADIEU MON SOLDAT INDIEN

Farewell My Indian Soldier

Réalisation : Vijay Singh

Acteurs et interlocuteurs :

Paloma Coquant, dans le rôle de la petite-fille

Monique Soupart, la "vraie" petite-fille d’un soldat indien inconnu et d’une française

Maurice Bood, Famille d’un témoin

Lt Gen Raj Sujlana, Ancien commandant de Indian Military Academy

Dominiek Dendooven, Historien 

Vedica Kant, Historienne

Dominique Faivre, Collectionneur

Santanu Das, Historien

_______________

 

  • Diffusion : mardi 15 août à 23h15 sur la chaîne ARTE
  • Disponible en replay du 15 août au 14 septembre 2017 (lien en fin d'article)

_______________

 

Source, ARTE Télévision

Dans ce documentaire-fiction, le romancier et cinéaste Vijay Singh met en scène les recherches d’une jeune femme sur les traces d’un soldat inconnu, et dévoile l’histoire occultée des bataillons indiens venus combattre en France pendant la Première Guerre mondiale.

Pendant des années, en France, Paloma a accompagné sa grand-mère Monique sur une tombe pour célébrer le "diwali", la fête indienne des lumières, sans comprendre la portée de ce geste. Jusqu’au jour où Monique lui dévoile un secret de famille : hospitalisée pendant sa grossesse, celle-ci a appris en 1966 qu’elle devait avoir d’autres ascendants que ceux connus jusque-là. En interrogeant sa grand-mère, Monique a ainsi découvert que son père était le fils d’un soldat indien inconnu, fauché durant la Grande Guerre. Bouleversée par cette révélation, Paloma entreprend de reconstituer le parcours de son aïeul. Chemin faisant, la jeune femme déroule l’histoire des cent quarante mille hommes qui ont combattu en France et en Belgique, appelés à la rescousse par Londres, l’Inde étant sa seule colonie dotée d’une armée professionnelle.

Actes d’héroïsme

De Paris à Neuve-Chapelle en passant par Amristar, le romancier et cinéaste indien Vijay Singh ("Jaya, fille du Gange") met en scène Paloma, la petite-fille fictive de Monique, dans sa quête identitaire et historique. Manque de préparation et d’équipement, actes d’héroïsme, regard ébloui de ces soldats étrangers sur la société française et ses femmes indépendantes, mais aussi exclusion des enfants nés de leurs idylles : à travers une collection de lettres, des chants indiens d’époque et des éclairages d’historiens, "Adieu, mon soldat indien "(présenté au départ sous le titre "Mademoiselle France pleure") exhume une page oubliée de notre histoire.

_______________

Mon point de vue

Je viens d'une région qui avait été profondément touchée par les deux guerres mondiales. Dans ma jeunesse, l'enseignement mettait un point d'honneur à transmettre à la nouvelle génération l'histoire de nos aïeux. Mes grands-pères ont été profondément marqués par la Seconde Guerre Mondiale mais également par la Première Guerre Mondiale qui leur avait volé leur enfance. La région a été marquée par les guerres dont on trouve encore aujourd'hui de nombreuses traces : bunkers, ligne Maginot, abris, cimetières militaires, forts, ... Durant mon enseignement à cette histoire régionale, un détail ne m'avait pas échappé, celui que des combattants venus d'ailleurs étaient également présents durant ces combats : tunisiens, sénégalais, américains, ... et indiens. Étrange comme ce pays doit toujours pointer le bout de son nez tout au long de ma vie. Avec les années, je ne me souviens plus des détails. De plus, j'avoue ne m'être jamais plongé dans ces histoires de guerres mondiales dans la région depuis. "Adieu mon soldat indien" m'a permis de faire une piqûre de rappel.

"Adieu mon soldat indien" est un film documentaire que j'ai réellement découvert par le quotidien indien "The Times of India" en mars 2017 puis par l'Ambassade de l'Inde en France. Le sujet, celui des soldats indiens ayant combattu en France, je le connaissais depuis plusieurs années. Je l'avais découvert une première fois via le blog d'Olivia et Geoffroy Lassus (indiablognote) qui avaient rédigé un article sur leur blog en 2009. J'ai ensuite retrouvé le sujet par le blog des Editions Banyan, puis par l'Ambassade de l'Inde en France et ensuite par l'association "Comptoirs des Indes". J'étais donc ravie qu'Arte le propose à sa programmation "Thema" le 15 août 2017, jour anniversaire de l'Indépendance de l'Inde.

 

"Adieu mon soldat indien" est le premier film documentaire sur la vie des 150.000 soldats indiens venus combattre en France et en Belgique pendant la Première Guerre Mondiale et ayant servi dans l'armée coloniale du Raj Britannique. Une histoire qui a été longtemps inconnue autant par les Français que par les Indiens eux-même.

J'ai beaucoup apprécié le côté film-documentaire inspiré d'un fait réel, l'histoire d'une descendance qui découvre que du sang indien coule dans leurs veines. C'est surtout l'esprit documentaire qui est très intéressant dans ce court-métrage. Un documentaire très détaillé, basé sur des recherches sur le sujet pour reconstituer une page de l'histoire qui a été oubliée. Grâce à "Adieu mon soldat indien", nous retraçons le parcours de ces combattants indiens débarquant dans une contrée inconnue à dix mille lieues de chez eux, à partir du 26 septembre 1914 pour être "d'abord envoyées en train à Orléans sous le commandement de Muthuraman Musset (via Toulouse) dès le 30 septembre, pour recevoir un entraînement militaire de quelques semaines au camp de Cercottes. C'est fin octobre qu'elles sont envoyées sur le front Nord, sur un secteur s'étendant de Fauquissat à Givenchy-lès-la-Bassée" [source Wikipédia]. Des soldats qui découvrirent la rudesse du climat mais qui réaliseront surtout l'horreur où leur destin les a conduit. Ce film retrace ce qui aurait pu être leur vie, ici en France et en Belgique, mais également ce qu'ils ont découvert sur ce sol où la culture est autre. Nous y découvrons les relations que les indiens avaient avec les "locaux" notamment lors de leur permission où ils étaient logés dans des fermes. Ils donnaient des coups de mains aux femmes contraintes de rester seules à la ferme pour s'en occuper en l'absence de leur mari parti au front. Un épisode que Vijay Singh a pu reconstituer grâce aux nombreuses lettres que les indiens avaient écrites à leur famille et qui heureusement ont survécus au temps. J'ai fortement apprécié ces nombreuses images d'archives et l'intervention d'historiens permettant ainsi un film essayant d'être au plus près de la réalité. "Adieu mon soldat indien" est un film documentaire permettant d'aborder plusieurs points de vue, ce qui fait toute sa richesse.

Il est également impressionnant d'imaginer qu'un de ces soldats disparus au front si loin de ses terres et de sa famille, a été élevé dans son village indien au statut d'une divinité et que chaque année de nombreuses personnes assistent à une commémoration en son honneur.

N'hésitez pas à visionner "Adieu mon soldat indien". Vijay Singh nous apporte un très bon devoir de mémoire. Un devoir de mémoire pour ces 9.000 soldats indiens disparus sur des sols étrangers, pour ces 150.000 autres qui servirent en France et en Belgique. Pour ceux qui sont revenus en Inde et qui ont gardé des séquelles. Pour les indiens qui ne vécurent pas la Première Guerre Mondiale mais qui ont été touchés par des dommages collatéraux (une épidémie meurtrière de grippe par exemple).

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article