Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Bye Bye Bollywood de Hélène Couturier

A peine quittée la zone aéroportuaire, la découverte du pays a viré à "Slumdog Millionaire" version début de film.
Il était presque minuit mais les bords des routes étaient une suite ininterrompue de visages et de corps devant des baraquements de cartons et de tissus et parfois de tôles. Il y avait des gens partout, derrière la moindre voiture, le moindre arbre.Les trottoirs étaient leur maison, leur vie tenait dans quelques sacs en plastique.
Ça sentait la pauvreté extrême, la maladie et la mort. Il y avait l'inde de ma voisine de siège dans l'avion et des unités de production informatique, et l'Inde des trottoirs, et entre les deux, heureusement, des gens comme notre chauffeur.

Bye Bye Bollywood

De Hélène Couturier

Editions Syros - Date de parution : 20 avril 2017 - ISBN : 9782748523799 - 148 pages - Prix éditeur : 14,50 €

Nina est une collégienne de quinze ans qui vit avec sa mère et sa soeur Garance. Quelques semaines avant les vacances scolaires d'avril, leur mère Valentine annonce à ses filles qu'elle souhaite partir avec elles durant dix-huit jours en Inde. 

Nina se réjouit de cette nouvelle car elle a toujours été fascinée par ce pays qu'elle associe au cinéma Bollywood et à la danse indienne qu'elle a pratiquée durant une année. Mais sa mère Valentine est une mère associée au délire du trio yoga/médiation/bio ou écolo/yoga/zen et les vacances qu'elle imposera à ses filles sont loin de ce qu'elles auraient souhaitées car elles vont séjourner dans un ashram. Une douche froide pour Nina qui a déjà eu cette expérience en solo avec sa mère et qui n'en a pas gardé un bon souvenir.

Arrivée dans l'ashram dans les environs de Delhi, Nina débarque en plein cauchemar lorsqu'elle découvre qu'elle devra se mettre aux taches domestiques, pratiquer le yoga et la médiation, observer le silence, éteindre son téléphone, mettre son confort entre parenthèses, ... Heureusement, elle et sa soeur ne sont pas seuls enfants car il y a également Jésus et sa petite soeur. Jésus paraît être un garçon arrogant et sans humour et pourtant, grâce à lui, le séjour de Nina dans l'ashram lui offrira un souvenir mémorable de cette expérience.

---

"Bye bye Bollywood" c'est donc l'histoire d'une adolescente qui rêvait de Bollywood et qui se retrouve dans un ashram. Deux mondes et pourtant deux clichés de l'Inde. Alors que le séjour promet d'être d'un ennui sans fin, Nina y découvrira quelques facettes de l'Inde comme par exemple le gang des femmes en sari rose le "Gulabi Gang" (http://atasi.over-blog.com/2017/06/le-groupe-gulabi-gang-dans-un-clip-musical-francais.html) et le mariage arrangé. Avec ce séjour en Inde, Nina évoluera et surtout elle grandira. D'une adolescente nombriliste, elle s'ouvrira au monde et aux autres, relayant ses besoins et ses envies au second plan. Elle parviendra même à défendre une cause et ainsi sauver l'avenir d'une indienne.

N'oublions pas que "Bye bye Bollywood" est un roman pour adolescentes, ainsi nous ne quittons jamais ce monde bien longtemps. L'évolution de sa relation avec Jésus est en l'exemple type. D'une relation conflictuelle avec ce garçon, intellectuel prétentieux, prendra forme une amourette d'adolescents. Nina est un personnage aussi pétillant et énergétique que la couverture du roman. Elle s'exprime avec beaucoup d'autodérision et d'humour, l'on ne peut que tomber sous son charme. "Bye bye Bollywood" apporte à ses jeunes lectrices une première approche de l'Inde, à la fois serties de clichés mais comprenant pourtant à la fois une grosse part de vérité. C'est un roman qui se lit bien, à la fois drôle sans oublier d'être de temps en temps sérieux et perspicace. Il nous rappelle que les voyages peuvent changer les gens et peuvent être bénéfiques pour les adolescents à la quête d'eux-même, en plein confit familial ou même en échec scolaire. Je pense que beaucoup d'adolescentes pourraient se retrouver à travers ces lignes et que nombre d'entre elles seront séduites par cette histoire.

 

 

 

J'ai dodeliné de la tête et il a re-dodeliné de la tête, et je suis repartie en direction de l'ashram. Il y avait moins de un kilomètre mais j'avançais à pas de fourmi, car la foule était encore plus dense, sous doute l'heure où les villageois faisaient leurs dernières courses avant de rentrer chez eux.
Les gens me souriaient, je leur souriais, nous étions au pays du sourire ...

Page 77

Partager cet article

Repost 0