Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

"Le Dernier Vice-Roi des Indes" et le drame de la Partition

"Le Dernier Vice-Roi des Indes" et le drame de la Partition

Synopsis

Mars 1947. Le dernier vice-roi britannique des Indes prend ses quartiers à Delhi pour assurer la transition avant l’indépendance du pays, sous domination anglaise depuis trois siècles. Mais, dès son arrivée, Lord Mountbatten, petit-fils de la reine d’Angleterre, se frottera aux conflits religieux, sociaux et politiques dans la région, Nehru, Gandhi et Jinnah se disputant le pouvoir. Face aux massacres et aux tensions, seront alors décidées la partition de l’Inde et la création d’un nouvel état à majorité musulmane : le Pakistan. En découlera un déplacement massif d’une partie de la population "invitée" à vivre dans le pays de sa confession. 

"Le Dernier Vice-Roi des Indes" ou "Viceroy's House" de son titre original est un film de Gurinder Chadha, une cinéaste britannique d'origine indienne à qui l'on doit notamment "Coup de foudre à Bollywood" et "La Maîtresse des Epices".

"Le Dernier Vice-Roi des Indes" fait référence à Lord Mountbatten, le Vice-Roi des Indes le plus connu de l'histoire. "Viceroy's House" aujourd'hui "Rashtrapti Bhavan" est l'ancienne Résidence où vécurent les Vice-Roi des Indes pendant la Colonisation Britannique (elle a été construite en 1912) et qui est depuis 1955 la Résidence officielle du Président de l'Inde. Elle se situe à New-Delhi.

Dans ce film, l'histoire débute quelques mois avant l'Indépendance de l'Inde avec l'arrivée de Lord Mountbatten nommé à ce poste le 24 mars 1947 pour préparer la lourde tâche de préparer l'Indépendance des Indes en planifiant celle-ci avec les deux principaux partis nationalistes : le Parti du Congrès et la Ligue-Musulmane et en négociant la Partition de l'Inde. L'Inde se verra amputer de deux parties, à l'ouest et à l'est (actuel Bangladesh) pour devenir le Pakistan. Une Partition qui sera à l'origine d'un des plus grands déplacements de population de l'histoire avec près de 12,5 millions de personnes qui rejoindront l'un ou l'autre des nouveaux pays, créant des conflits inter-religieux. Entre 500.000 et un million de victimes sont estimés, des gens perdront leur maison, leurs terres ancestrales, des membres de leur famille, ... Des conséquences extrêmement dramatiques et encore ressenties aujourd'hui.

 

"Le Dernier Vice-Roi des Indes" est un film permettant de faire connaître l'histoire récente de l'Inde. Le spectateur sera témoin des négociations politiques ayant mené à la Partition mais également son résultat. Les naissances de l'Inde d'aujourd'hui et du Pakistan, deux pays qui fêteront chacun leurs soixante-dix ans d'Indépendance cette année, seront enfin connues du grand public et à travers le Monde grâce à ce film. En effet, je suis persuadée que peu de personnes connaissent l'histoire de l'Inde et ce film permettra au plus grand nombre de réaliser ce qu'était le drame de la Partition, tout en prenant conscience de ses conséquences ressenties encore aujourd'hui notamment avec les nombreux conflits qui ébranlent les Etats frontaliers, le Cachemire et le Darjeeling depuis ce mois de juin 2017.

 

Pour revenir au film "Le Dernier Vice-Roi des Indes", Gurinder Chadha s'est davantage attardée sur les six mois qui sont soldés par la Partition plutôt que sur la Partition en tant que telle. "Le Dernier Vice-Roi des Indes" nous conte d'une part comment pouvait avoir lieu les négociations politiques menant à la Partition. D'autre part, nous retrouvons l'histoire d'amour de Jeet et Aalia, deux jeunes indiens de religions différentes et dont l'amour sera mis à mal par la Partition. Réalisée par une femme d'origine indienne, le film a l'avantage d'être vu sous un oeil indien. De plus, les grands-parents de Gurinder Chadha ont connu la Partition. Gurinder Chadha a également voulu donner à son film, la place à des gens les plus modestes, en montrant comment ces personnages l'ont vécu. Elle nous fait découvrir l'opulence de "Viceroy House" mais n'hésite pas à rencontrer le peuple en nous transportant dans des camps de réfugiés.

Gurinder Chadha a été également inspirée par des oeuvres cinématographiques : "La Route des Indes" de David Lean (adaptation du roman de Forster) et "Gandhi" de Richard Attenborough mais également par des oeuvres littéraires. Tout d'abord "Cette nuit la liberté", le récit des derniers jours de l'Empire britannique des Indes co-écrit par Larry Colling et Dominique Lapierre et par "The Shadow of the Great Game" ("Une Jeunesse indienne" en français) de Narendra Singh Sarila, aide-camp de Lord Mountbatten.

Au-delà de l'histoire personnelle de la cinéaste, ancienne journaliste de la BBC, dont les grands parents ont subi cette partition, le film a été influencé par d'autres œuvres cinématographiques comme les très romanesques La Route des Indes de David Lean et Gandhi de Richard Attenborough. Voulant davantage ancrer son histoire dans les faits, elle et son mari, Paul Mayeda Berges, ont préféré s'inspirer de deux livres pour écrire leur scénario.

D'abord avec Cette nuit la liberté, le récit des derniers jours de l'Empire britannique des Indes, écrit par Larry Collins et Dominique Lapierre en 1975 (Pocket, 2004). "On a passé deux ans à développer un scénario à partir de ce livre" explique-t-elle. Et puis, lors d'un rendez-vous caritatif, elle croise le prince Charles, petit neveu de Mountbatten, denier vice-roi des Indes. Le prince Charles considère l’ancien vice-roi comme son "grand-père honorifique". Il lui parle d'un autre livre, The Shadow of the Great Game de Narendra Singh, fils aîné du maharadjah de Sarila et aide de camp de Mountbatten.

Traduit en français sous le titre Une jeunesse indienne (Payot, 2011), l'auteur, tout en observant le processus d'indépendance de l'Inde dans les années 1930 et 1940, témoigne de sa vie aux côtés de lord Mountbatten puis en tant que premier gouverneur général du jeune dominion indien.

A partir de ces deux livres, la réalisatrice raconte une histoire d'amour impossible entre deux jeunes indiens que leur religion oppose, à l'ombre des tractatations qui vont diviser leur pays. 
le film a été influencé par d'autres œuvres cinématographiques comme les très romanesques La Route des Indes de David Lean et Gandhi de Richard Attenborough. Voulant davantage ancrer son histoire dans les faits, elle et son mari, Paul Mayeda Berges, ont préféré s'inspirer de deux livres pour écrire leur scénario

 

Au-delà de l'histoire personnelle de la cinéaste, ancienne journaliste de la BBC, dont les grands parents ont subi cette partition, le film a été influencé par d'autres œuvres cinématographiques comme les très romanesques La Route des Indes de David Lean et Gandhi de Richard Attenborough. Voulant davantage ancrer son histoire dans les faits, elle et son mari, Paul Mayeda Berges, ont préféré s'inspirer de deux livres pour écrire leur scénario.

D'abord avec Cette nuit la liberté, le récit des derniers jours de l'Empire britannique des Indes, écrit par Larry Collins et Dominique Lapierre en 1975 (Pocket, 2004). "On a passé deux ans à développer un scénario à partir de ce livre" explique-t-elle. Et puis, lors d'un rendez-vous caritatif, elle croise le prince Charles, petit neveu de Mountbatten, denier vice-roi des Indes. Le prince Charles considère l’ancien vice-roi comme son "grand-père honorifique". Il lui parle d'un autre livre, The Shadow of the Great Game de Narendra Singh, fils aîné du maharadjah de Sarila et aide de camp de Mountbatten.

Traduit en français sous le titre Une jeunesse indienne (Payot, 2011), l'auteur, tout en observant le processus d'indépendance de l'Inde dans les années 1930 et 1940, témoigne de sa vie aux côtés de lord Mountbatten puis en tant que premier gouverneur général du jeune dominion indien.

A partir de ces deux livres, la réalisatrice raconte une histoire d'amour impossible entre deux jeunes indiens que leur religion oppose, à l'ombre des tractatations qui vont diviser leur pays. 

"Le Dernier Vice-Roi des Indes" est donc un film qui mérite d'être vu. A noter, que ce film est l'un des derniers avec "Tubelight" de Salman Khan où l'on voit l'acteur Om Puri décédé en janvier 2017. Le tournage a commencé le 30 août 2015 à Jodhpur au Rajasthan et le tournage y a duré 8 semaines.

 

Pour ceux et celles qui sont intéressés par des lectures autour de la Partition, voici mes conseils :

- Train pour le Pakistan de Khushwant Shingh

http://atasi.over-blog.com/2014/12/train-pour-le-pakistan-de-khushwant-singh.html

- La Fureur du Gange de Manohar Malgonkar

http://atasi.over-blog.com/2015/05/la-fureur-du-gange-de-manohar-malgonkar.htmlhttp://atasi.over-blog.com/2015/05/la-fureur-du-gange-de-manohar-malgonkar.html

- Cette nuit la liberté de Larry Collins et Dominique Lapierre

- Entends-tu l'oiseau de nuit d'Anita Rau Badami

http://atasi.over-blog.com/2017/03/entends-tu-l-oiseau-de-nuit-de-anita-rau-badami.html

- Les Voix de la Partition Inde-Pakistan de Urvashi Butalia

- La Partition de Dominic D. West

- Une jeunesse indienne de Narendra Sinhg Sarila

http://atasi.over-blog.com/une-jeunesse-indienne-de-narendra-singh-sarila-6

(il existe de nombreux livres "documentaires" sur la Partition et sur cette période de l'histoire ainsi que sur Lord Mountbatten, me consulter si vous êtes intéressés)

Mais aussi

Sur l'Indépendance de l'Inde

http://atasi.over-blog.com/15-ao%C3%BBt-1947-l-ind%C3%A9pendance-de-l-inde

"Le Dernier Vice-Roi des Indes" et le drame de la Partition
"Le Dernier Vice-Roi des Indes" et le drame de la Partition

Les acteurs

- Hugh Bonneville dans le rôle de Lord Mountbatten

- Gillian Anderson dans le rôle de Edwina Mountbatten

- Manish Dayal dans le rôle de Jeet

- Huma Qureshi dans le rôle d'Aalia

- Om Puri dans le rôle d'Aalias Father (Ali Rahim Noor)

- Michael Gambon dans le rôle du General Hastings "Pug" Ismay (Lord Ismay)

- Lily Travers dans le rôle de Lady Pamela Hicks Mountbatten

- Jaz Deol dans le rôle de Duleep

- Tanveer Ghani dans le rôle de Jawaharlal Nehru

- Neeraj Kabi dans le rôle de Gandhi

 
 

En salle française le 5 juillet 2017

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article