Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Aussi sacrée que le Gange de Didier Thurios

Ce n'est pas l'Inde des dépliants touristiques, mais elle a l'immense mérite d'être vraie. Ma mère ce hors-piste me plaît. Je ne cherche pas le beau. Il y a ici des humains qui se débattent dans leur sale vie. Il y a aussi des gestes purs et amicaux bannis des autoroutes à péage. J'aime ces endroits qui ne trichent pas, où la hideur devient attachante. Tu sais ça de moi. Je suis dans le monde tel qu'il est, beau de vérité non fardée. Quand il l'est pas je le poétise. Je tente ...

Page 162

Aussi sacrée que le Gange de Didier Thurios

ateliers henry dougier - Diffusion Le Seuil / Volumen - Collection : Littérature

Date de parution : 11 mai 2017 - ISBN : 979-10-312-0286-0 - 171 pages - Prix éditeur : 14,90 €

Lettre indienne d'un fils à une mère

 

"Aussi sacrée que le Gange" est une lettre ouverte d'un fils à une mère.

Le fils - baroudeur de longue date et cinquantenaire, ayant déjà parcouru une bonne partie du Globe - a décidé que pour cet énième voyage en terre indienne que sa mère l'accompagne à travers ses écrits.

Sa mère est une femme qui n'a plus la capacité de s'autogérer et de prendre soin de son foyer. Son mari et ses fils ont été contraint, à contrecoeur, de la placer dans un établissement spécialisé. Afin qu'elle ne perte pas complètement la lucidité tout en entretenant un semblant de mémoire, son fils lui conte à travers ce récit son retour en Inde : son périple, les lieux qu'il redécouvre après de nombreuses années, l'histoire de ces lieux, ses souvenirs, des anecdotes, ses rencontres, ses péripéties, ...

Un magnifique carnet de route ponctué par des souvenirs pêle-mêle de famille. Les souvenirs du narrateur d'une part mais également ceux de sa mère, des souvenirs qu'elle lui contait autrefois et qu'il a décidé de ressortir afin d'essayer de les faire raviver dans la mémoire de sa mère avant qu'ils ne disparaissent : son enfance, son intégration car elle était une fille d'immigré, sa passion pour la lecture, sa rencontre avec son mari, les réunions familiales, son dévouement pour sa famille, ...

Le narrateur est un passionné des mots et possède un vocabulaire très riche d'un grand lecteur. On y trouve à l'ensemble beaucoup de douceur, de profondeur, d'humour, de sensibilité et même de la poésie. Les lignes de cet ouvrage comportent de nombreuses réflexions philosophiques sur la vie : la façon de la voir, de l'appréhender, de surmonter les étapes difficiles, la mort ... Une philosophie indéniablement marquée par ses pérégrinations en Inde, ce pays qui tient une place très chère au coeur de cet homme auteur. Par ailleurs, il nous la fait découvrir sans artifices, sans langue de bois, dans son plus simple appareil, sa beauté et sa laideur, sa richesse et sa pauvreté et très loin des clichés, ce que nous ne pouvons qu'apprécier. 

"Aussi sacrée que le Gange" est une lecture intime et forte. On y ressent tout l'amour d'un fils envers sa mère, une femme qui lui a donné la vie, l'a aidé à grandir et de l'avoir rendu l'homme qu'il est aujourd'hui, un homme amoureux des livres et de la poésie, un homme parcourant le monde, un homme plein d'humanité, de respect et d'objectivité pour des pays dont l'Inde sensiblement différent à ses cultures - française et espagnole - initiales.

"Aussi sacrée que le Gange" est une lecture qui nous offre un fabuleux périple, une belle boucle de l'Inde du Nord, de Delhi à Bikaner en passant par Khajuraho et Dharamsala et qui nous fait découvrir de nombreux États Indiens : le Rajasthan, l'Uttar Pradesh, Madhya Pradesh , l'Uttarkhand, l'Himachal Pradesh, le Pendjab et pour finir au Rajasthan. Le Gange est un fleuve sacré, symbole de la recherche de l'union avec l'ultime vérité. Qu'est de plus beau que de déclarer l'amour à sa mère en la comparant à ce fleuve sacré et vénéré.

 

"Aussi sacrée que le Gange" est un véritable coup de coeur et je le conseille à tous : nostalgiques ou futurs voyageurs, curieux et passionnés, besoin de comprendre la passion pour cette Inde à identités multiples aussi attirante qu'elle pourrait être repoussante.

 

Un grand merci aux ateliers henry dougier pour cette sublime publication et à Didier Thurios pour ce récit à fleur de peau.

 

Chiang Mai - Thaïlande - 8 mai 2017

 

Ma mère, mon père, je ne suis pas en voyage. Je vis. Je suis un flâneur solitaire. Je n'ai pas de compte à rendre, d'objectifs à atteindre. Je laisse records et défis à ceux en manque de reconnaissance et d'amour. Je n'ai rien à prouver, à ramener si ce ne sont des raisons d'être. Comprenez-moi, je suis ici chez moi comme je le suis rarement chez nous. Je veux dire entièrement, aussi densément. Je suis un nomade avec des racines. On apprend ça avec l'errance. Le temps et la distance éclairent l'appartenance.

Page 51

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article