Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Le Rhinocéros de Dürer de Jean-Bernard Veron

- Rhino ..., murmura Albuquerque en fronçant les sourcils. Rhino quoi ?
- Rhi-no-cé-ros.
Albuquerque fit approcher confesseur et officiers.
- Eh bien ? demanda-t-il.
Ceux-ci roulaient des yeux ronds. Ils n'avaient jamais vu semblable animal, ni même lu quoi que ce soit sur pareille bête dans les grimoires les plus anciens qui se puissent trouver.
Albuquerque leva les yeux sur le sultan. Celui-ci, les mains croisées sur le ventre et le sourire aux lèvres, savourait la stupéfaction de ce crétin de portugais.

Page 25

Le Rhinocéros de Dürer de Jean-Bernard Véron

Éditions Actes Sud - Hors collection

Date de parution : 5 avril 2017 - ISBN : 978-233007587-3 - 160 pages - Prix éditeur : 17,00 €

 

Quatrième de couverture

Au XVIème siècle, l’explorateur portugais Albuquerque débarque dans le sultanat de Cambaïa, en Inde, avec le projet d’y installer un comptoir commercial. Le potentat local ne l’entend pas de cette oreille et, afin de masquer son refus, il offre à l’importun visiteur un cadeau sortant pour le moins de l’ordinaire : un énorme rhinocéros, animal alors inconnu des Européens. Entre surprise et consternation, Albuquerque décide de l’offrir à son tour au roi du Portugal, dans l’espoir d’obtenir de sa part quelque faveur. Aussitôt embarquée, la bête fait route jusqu’à Lisbonne, puis de là vers le Vatican, devenant la monnaie d’échange que se repassent successivement Albuquerque, le roi du Portugal Emmanuel Ier et le pape Léon X.
 
Ce récit, fondé sur des faits réels, décrit le périple du rhinocéros à bord du "Nossa Senhora" de Ajuda. Las ! du fait d’un naufrage, la bête meurt noyée au large des côtes italiennes. Mais on dit que son cadavre, récupéré et rafistolé, figurerait dans ces caves où, à la Cité du Vatican, s’accumulent les innombrables cadeaux faits aux papes. D’ailleurs, l’animal n’a pas complètement disparu. Il a, en effet, servi de modèle à Albrecht Dürer, qui en a tiré une de ses plus belles créations, visible au British Museum, à Londres.
 

 

Gravure sur bois datant de 1515 et exposée au British Museum de Londres, le Rhinocéros d'Albrecht Dürer est une icône de l'illustration naturaliste dont sa notoriété ne s'est pas affaiblie à travers les siècles, bien au contraire. Pourtant, elle est l'oeuvre d'un homme n'ayant jamais vu en chair et en os le premier spécimen d'un rhinocéros apporté en Europe. En effet, Dürer, artiste allemand qui était à la  fois graveur, peintre, dessinateur, théoricien et réformateur des arts - et n'ayant sans doute jamais mis les pieds à Lisbonne de sa vie - s'était basé sur une description écrite de l'animal et d'un bref croquis d'un artiste inconnu pour concevoir cette gravure.

Près de 500 ans après l'arrivée du rhinocéros sur la terre portugaise et la réalisation de cette gravure, Jean-Bernard Véron a repris cette histoire légendaire en y apportant une touche de fiction. Ainsi le lecteur est emporté à travers une belle aventure. Tout d'abord il est propulsé en Inde, dans l'Etat actuel du Gujarat lorsque le navigateur au long cours Alfonso de Alburquerque rencontre le sultan Muzaffar du sultanat de Cambaïa et qu'il se voit offrir un cadeau très encombrant, un rhinocéros. S'ensuit le long voyage de l'Inde au Portugal en passant par le Cap de Bonne-Espérance et l'île de Sao Tomé, l'arrivée du rhinocéros à Lisbonne et enfin son dernier voyage vers le Vatican. Il est vrai que pour ceux qui s'étaient déjà intéressés à l'histoire du rhinocéros de Dürer, aucune grande surprise quant au déroulement du roman. Par contre, il est intéressant que l'auteur ait ajouté deux personnages d'origine indienne pour accompagner l'animal à travers cette traversée. Cela donne beaucoup de matière au roman et apporte une très agréable touche de spiritualité indienne.

"Le rhinocéros de Dürer" apporte une bonne petite lecture à la découverte du voyage d'un rhinocéros toujours très populaire aujourd'hui et qui inspire toujours autant les artistes et l'imagination populaire.

 

Puis Oçem s'agenouilla devant le rhinocéros. Il lui présenta Ganesh dans la coupe de ses paumes, l'éleva jusqu'à toucher le mufle de l'animal, lui expliqua que la statuette étendait sa bienveillance sur eux trois, qu'elle les protégerait tout le long de cet interminable voyage.
Il se tut. Ils attendaient. Le rhinocéros hocha sa tête énorme. On aurait juré qu'il comprenait.
Mumtaz lui déposa alors un baiser sur la pointe du mufle. Le rhinocéros en aurait ronronné si chat il avait été.

Page 59

Une autre lecture sur ce rhinocéros :

- "Le Rhinocéros du Pape" de Lawrence Norfolk -

En Février 1516, un navire portugais, qui a parcouru 14 000 miles depuis Goa, coule devant les côtes italiennes. Sa mission était de rapporter un rhinocéros au pape Léon X de Médicis. Mais il n'y a pas de survivants... {Le Rhinocéros du pape}, bâti sur une anecdote véridique, nous conte les aventures qui mènent à ce spectaculaire naufrage. Le héros, Salvestro, un ancien mercenaire, a fui les guerres qui ensanglantent le Sud des Alpes pour retourner sur son île de naissance, dans la Baltique. Là, il est contacté par des moines dont le monastère menace de s'abîmer dans la mer, et qui veulent se rendre à Rome pour solliciter l'aide du pape. A Rome, Léon X, corrompu et laxiste, s'ennuie, bien qu'il ne soit pape que depuis deux ans. Toujours à la recherche de nouveaux plaisirs, il voudrait qu'on lui trouve un rhinocéros à opposer en combat à l'éléphant blanc que le roi du Portugal lui a offert. Un présent dont il s'est montré fort reconnaissant si l'on en croit les nombreuses et riches concessions faites alors à l'Empire portugais... Cette fois, ce sont de vastes territoires dans le Nouveau Monde qui sont en jeu, et les Espagnols intriguent eux aussi. Ils s'apprêtent à monter une expédition pour mettre la main sur cet animal qui n'a plus été vu en Europe depuis des siècles ...

------------

Une autre lecture sur un autre animal aperçu dans "Le Rhinocéros de Dürer et toujours en lien avec le Portugal

- "Le voyage de l'éléphant" de José Saramago -

En 1551, le roi du Portugal Jean III offre à l’archiduc Maximilien d’Autriche, neveu de Charles Quint, un éléphant d’Asie, Salomon, qui vit depuis deux ans à Belém avec son cornac Subhro. De Lisbonne à la capitale autrichienne, en passant par les plateaux de la Castille, la Méditerranée, Gênes et la route des Alpes, Salomon, objet d’absurdes stratégies, traverse l’Europe au gré des caprices royaux, des querelles militaires et des intérêts ecclésiastiques, soulevant sur son passage l’enthousiasme de villageois émerveillés.

Entrelacs de faits réels et inventés,"Le Voyage de l’éléphant" est un délicieux roman choral, une réflexion sur la vie et la condition humaine, où l’humour et l’ironie, armes de l’implacable lucidité de l’auteur, s’unissent à la compassion avec laquelle José Saramago observe les faiblesses des hommes.

José Saramago est né en 1922 à Azinhaga, au Portugal. Écrivain majeur de la littérature portugaise, son œuvre est traduite dans le monde entier. Il a reçu en 1995 le prix Camõens, la plus haute distinction des lettres portugaises, et le prix Nobel de littérature en 1998.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article