Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda

Comment avaient-ils pu s'éloigner autant l'un de l'autre, après avoir commencé leur vie au même endroit ? Il essayer de démêler l'enchevêtrement des émotions qu'il sentait venir en lui, des sensations qu'il n'avait jamais éprouvées auparavant, ...

Page 286

Un fils en Or de Shilpi Somaya Gowda

Titre original : The Golden Son

Traduit de l'anglais (Inde) par Josette Chicheportiche

 

En format broché - Editions Mercure de France - Collection : Bibliothèque étrangère - Date de parution : 7 janvier 2016 - 480 pages - ISBN : 978-2715241480 - Prix éditeur : 26,50 €

En format poche - Editions Folio - Date de parution : 19 janvier 2017 - Prix éditeur : 8,20 €

Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda

Le village de Panchanagar est régi par la famille Patel, grands propriétaires terrains du Gujarat. Les Patel possèdent la majeure partie des terres dans un rayon de plus de dix kilomètres autour de leur propriété et ils cultivent le paddy. C'est chez eux, dans la Grande Maison, que s'y déroulent les audiences, où chacun peut venir pour y soumettre ses doléances - querelles familiales ou entre voisins, conseils sur la gestion de la ferme, soutiens financiers, etc.- ou simplement pour y assister.

Le fils aîné, Anil, a toujours été un enfant studieux, préférant les livres aux parties de cricket. Après avoir été durant six années à la faculté de médecine d'Ahmadabad, il obtint un long stage dans le très célèbre Parkview Hospital à Dallas, très loin de l'Inde. Une opportunité en or mais qui l'éloignera de sa famille, d'autant plus que son père décèdera subitement. Mais ce qu'il l'attendra aux États-Unis - à l’hôpital ou dans la résidence où il partage un appartement avec deux autres indiens - sera très différent de ce qu'il a été habitué auparavant. Il sera confronté à un monde impitoyable, où chaque jour sera pour lui un combat, il devra toujours être à la hauteur et surtout ne pas perdre pied. Sa vie américaine sera également ponctuée de moments agréables où il fera toutes sortes d’expériences, n'hésitant pas à goûter à ces choses qui lui sont bannîtes en Inde.

Pour autant, il devra rester le fils en or sur lequel ses parents ont apposé tous leurs espoirs et en l'absence de son père, étant le fils aîné, il devra assumer à son tour les audiences qui se déroulent à la Grande Maison et très souvent depuis Dallas. Elles lui permettront d'une certaine façon de gardier un lien avec ses origines et ne pas les omettre.

Leena est l'amie de la sœur d'Anil. Enfants, il arrivait qu'Anil et Leena jouaient ensemble. Leena est fille unique et ses parents sont très modestes, vivant uniquement de leurs maigres récoltes. Alors qu'Anil vient de s'en aller aux États-Unis, il est temps pour elle de se marier. Il n'est pas toujours facile de trouver un parti fiable et ses parents finiront pas trouver un homme qui vit à plusieurs heures de Panchanagar et qu'ils ne connaissent pas. Mais ce choix emmènera Leena et ses parents dans une spirale infernale et destructrice.

 

Analyse

 

"Un fils en or" est le second roman de Shilpi Somaya Gowda. Le premier roman "La fille secrète", nous avait déjà fait découvrir tout le talent de l'auteur. Nous y avions par ailleurs déjà fait l'aller-retour entre l'Inde et les États-Unis. Nous y avions déjà découverts deux mondes, deux destins, deux familles et pourtant deux êtres unis au-delà des distances.

"Un fils en or" est, tout comme le premier, un roman passionnant et très addictif. Il est d'ailleurs magnifiquement écrit et superbement orchestré, tout en maintenant une part de mystère sur la suite des évènements. On y trouve deux destins entrecroisés mais cette fois-ci des amis d'enfance - celle d'Anil un jeune médecin et celle de Leena jeune mariée - entre l'Inde et les États-Unis et qui doivent concilier les attentes de leurs familles respectives avec leurs propres désirs et envies. Les notions de tradition et d'identité, l'honneur, de responsabilité, d'amitié et d'amour y sont largement exploités mais on y trouve beaucoup de générosité et de sensibilité. Des sujets plus complexes sont également abordés : mariage arrangé, violence conjugale, problème de dot, endettement, racisme, relations mixtes, ...

A son arrivée aux États-Unis, Anil n'a plus de repères et pourtant il doit lutter pour s'acclimater à cette nouvelle vie. Il est confronté à la culture occidentale - ses libertés et ses tentations - et à la technologie de pointe qu'il n'a pas connu en Inde. Comme si cela ne suffisait pas, au lieu de l'aider à son intégration, les gens n'hésitent pas à lui mettre des bâtons dans les roues mais pas forcément sur le seul faite qu'il est novice dans la médecine mais parce qu'il est avant tout un étranger. Un racisme qu'il connaitra également en dehors des murs de l'hôpital et il vivra une expérience d'une rare violence. Cette sordide expérience lui servira pourtant à se remettre sérieusement en question pour son avenir.

Leena suivra une autre voie, une voie plus classique dans une Inde rurale, un mariage arrangé pour lequel elle a été préparé par ses parents et dont elle est tout à fait consciente de son devoir et de son destin tout tracé. Il n'est pas facile d'arriver dans une nouvelle famille, loin du cocon familiale dans lequel elle vivait à ses parents aimants. Mais ce qu'elle connaîtra, ressemblera à un véritable enfer. Un enfer que connaîtra également ses parents malgré le respect du contrat avec la belle-famille à Leena, en payant une dot assez conséquente mais pour certains pas assez suffisante.

Entre Anil et Leena, il y a toujours eu une certaine osmose, mais Anil vient d'une famille influente et ses parents, surtout sa mère, n'a jamais vu d'un très bon œil qu'Anil ou ses autres enfants fréquentent une fille avec des origines plus modestes. Les frères et sœur d'Anil, tout comme ses colocataires indiens, nous dépeignent tout un panel de caractères et même de destinée assez intéressantes et qui donne du corps au roman. Concernant l'activité professionnelle d'Anil, l'auteur a savamment réussit à nous mettre dans l'ambiance d'un hôpital avec ses différents services, ses gardes et ses malades. Comme elle l'explique en fin d'ouvrage, elle s'est renseigné auprès d'une armada de médecins pour rester fidèle à la réalité, et c'est assez bien réussi. D'ailleurs dans son premier roman "La fille secrète", nous avions déjà des personnages qui étaient médecins.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce roman pour lequel l'auteur à passer cinq années à écrire. N'hésitez pas à le découvrir et n'ayez pas peur de ses 462 pages car c'est un roman qui se lit tout seul et pourvu d'une grande richesse. Une très belle et passionnante lecture.

Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda
Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda

Il était frappé par l'abondance qui semblait définir l'Amérique. L'aéroport immense, les routes dégagées, cette chambre à moitié vite - partout, il y avait plus que nécessaire, plus que ce qu'il pouvait raisonnablement espérer. Il réfréna sa peur à l'idée de dormir seul pour la première fois de sa vie, sans un frère ou un camarade, et s'imprégna plutôt du sentiment de liberté que lui offrait ce lieu n'appartenant qu'à lui, loin de la fac de la médecine où ses origines paysannes lui avaient toujours collé à la peau et loin du village où les attentes de sa famille lui avaient toujours pesé.

Page 44

Là, elle réfléchissait à ce qui, dans son comportement, éveillait une telle colère chez eux, et s'efforçait de se rappeler les conseils de sa mère pour mieux se conformer aux usages de sa nouvelle famille. Leena ignorait si ce qu'elle endurait était normal ou pas. Elle savait juste que ses parents avaient consenti à d'énormes sacrifices pour que cette union se fasse et qu'ils avaient mis toutes leurs économies dans sa dot. Elle n'avait donc pas le choix : il fallait qu'elle trouve un moyen pour que ce mariage soit réussi.

Page 145

Il se rendit compte alors que Mahesh était bien en dessous de la vérité : non seulement il était impossible de se sentir chez soi en Amérique, mais ici non plus il ne se sentait plus à sa place. Il habitait deux pays, mais n'était accepté par aucun.

Page 287

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article