Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Le dernier mot de Hanif Kureishi

J'aimerais bien que vous arrêtiez de m'éplucher comme si j'étais un oignon. Vous savez, comme tout le monde, j'ai une passion pour l'ignorance. J'ai envie de travailler dans l'obscurité : c'est le meilleur endroit pour moi, pour n'importe quel artiste.

Le dernier mot de Hanif Kureishi

Le dernier mot

De Hanif Kureishi

Titre original : The last Word

Traduit de l'anglais par Christian Cabaret

En format broché - Christian Bourgois Éditeur - Date de parution : 2 janvier 2014 - ISBN : 978-2267025835 - 374 pages - Prix éditeur : 22 €

En format poche - Éditions 10 X 18 - Date de parution : 5 février 2015 - ISBN : 978-2264065469 - 355 pages - Prix éditeur : 8,10 €

 

 

Harry, écrivain trentenaire de Londres a été choisi pour faire la biographie d'un grand romancier, essayiste et dramaturge mondialement connu, le très controversé Mamoon Azam. Mamoon est d'origine indienne. Il est arrivé en Angleterre pour ses études et n'a jamais quitté ce pays. Il s'était très vite installé avec sa première épouse Peggy dans une maison située dans la campagne profonde anglaise.

Pour Harry, écrire sur cette légende ne sera pas une tâche facile mais il pourra enfin se faire un nom à travers le monde et ainsi se lancer vers un destin radieux.

Mamoon, aujourd'hui 70 ans, vit avec sa seconde épouse Liana qui souffre d'être loin de Londres et de sa vie mondaine. Malgré sa brillante carrière, Mamoon a besoin de cette autobiographie pour éponger ses soucis financiers accumulés par Liana. Cette biographie l'aiderait également à redorer son blason qu'il a terni durant sa carrière à force d'être trop buté sur des idées et de ne pas avoir tenu toujours sa langue. Elle sera destinée à un large public et sa sortie sera un évènement majeur qui permettra la réédition de ses précédents ouvrages.

Afin d'écrire cette biographie, Harry s'installera dans la maison de Mamoon pour être en immersion totale et au plus près de son sujet. Mais Mamoon n'est pas du genre bavard et ne fera aucun effort pour aider le jeune écrivain, au contraire il n'hésitera pas à lui mettre des bâtons dans les roues. Pour que cet ouvrage ait du succès, Harry souhaite dépeindre la vie de Mamoon de la manière la plus fidèle et en y incluant certains sujets croustillants. Mamoon et Liana ne souhaitent pas que les choses très intimes soient divulguées. La biographie doit être lisse et ne doit en aucun cas ternir l'image du grand Mamoon qui doit apparaître presque comme un saint.

Grâce à son éditeur Rob, Harry a eu l'autorisation de lire les carnets qui ont été écrit par la première épouse à Mamoon, Peggy, une femme alcoolique et malade. En ayant une liaison avec la jeune servante Julia, Harry obtiendra les carnets secrets écrits par Mamoon après le décès de Peggy. Harry continuera à fouiller dans le passé de Mamoon, n'hésitant pas à se rendre en Inde et à New York où vit l'ancienne maîtresse. Les recherches d'Harry et ce qui y émergera ne seront pas apprécié par le couple Azam. La venue d'Alice, la petite amie à Harry apportera un peu de douceur à la zizanie ambiante mais elle sera de courte durée. Harry aura toujours plus de pression de tous les côtés et réanimera ses propres fantômes du passé.

 

 

"Le dernier mot" est un roman assez atypique et franchement j'ai eu du mal à m'y accrocher. J'ai lu la moitié du livre avec de nombreuses tentations d'abandon. Heureusement, en milieu d'ouvrage la tendance à changer pour devenir un peu plus intéressant grâce à la venue d'Alice dans le déroulement du récit et une mise en avant du personnage de Julia qui avait été en retrait. On découvre la très controversée vie d'écrivain à travers deux portraits, un homme qui a roulé sa bosse et un second qui n'est qu'à son point de départ, mais chacun avec une vie sexuelle très débridée et un caractère bien trempé. Je me suis demandée si à travers Mamoon, Harif Kureishi ne s'est pas inspirée par deux auteurs indiens très controversée, Salman Rushdie et Naipaul qui ont fait couler beaucoup d'encre. D'autre part, Harif Kureishi nous montre une Angleterre pas très radieuse, faite de misère sociale où les gens drogués et alcoolisés vivent dans des lieux d'habitations insalubres et qui essayent de survivre grâce aux vols et même le sexe.

"Le dernier mot" n'est pas forcément le roman que je recommanderais. C'était mon premier roman de cet auteur et il est loin d'être passionnant. Je me suis de temps en temps ennuyée alors que je pense être un bon public. C'était le premier roman de Hanif Kureishi et j'espère que "Le Bouddha de banlieue" qui patiente dans ma bibliothèque me satisfera plus. Je ne dis pas qu'il ne faut pas le lire mais je tiens à prévenir qu'il risque de faire des insatisfaits. Il peut permettre de découvrir un certain monde que l'on ne connaît pas, celui des auteurs à succès. Certaines scènes sont assez cocasses et les personnages ont un sacré tempérament. Il est tout de même intéressant de découvrir les différentes pièces du puzzle qui ont été rassemblées par Harry pour découvrir la vraie vie de Mamoon et ses faiblesses.

 

 

 

 

 

Que Mamoon ait volontairement entrepris de faire le voyage à travers les ténèbres de notre monde contemporain et qu'il en soit revenu avec des déclarations, des témoignages, des réflexions, cela attestait de la nature intrépide d'un homme qui n'était autre qu'un conquistador, déterminé à révéler et à expliquer les vérités les plus corrosives.

Page 71

La vérité est un tatouage que l'on a sur le front. Tout seul, vous ne pouvez pas le voir. Et moi, je suis votre miroir.

Tandis qu'elle se tenait debout dans son dos, Harry ne quittait pas la photo des yeux : s'il avait oublié pourquoi, quand il était plus jeune, il aimait Mansoon - l'homme solide, l'artiste à la vie dure qui scrutait l'obscurité sans ciller, qui disait ce qu'il voyait, préférant la vérité, l'authenticité à sa propre sécurité -, cette photo, d'où émanait fierté, connaissance de soi, charme, était là pour lui rappeler.

Page 226

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article