Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Le Bureau de Mariage de Monsieur Ali par Farahad Zama

Le Bureau de Mariage de Monsieur Ali

Par Farahad Zama

Titre original : The Marriage Bureau for Rich People

Traduit de l'anglais par Sabine Boulongne

Éditeur : Jean-Claude Lattès (3 février 2010) - Broché - ISBN : 978-2709630573 - 366 pages - Prix éditeur : 17,80 €

Également édité aux Éditions France Loisirs - Collection Piment - 392 pages - Uniquement en occasion

 

Bienvenue à l' "Agence matrimoniale pour gens riches de M. Ali", dont le propriétaire est Monsieur Ali, un fonctionnaire à la retraite et de confession musulmane.

Son agence matrimoniale s'occupe de tous, peu importe la religion, la caste, personne fortunée ou peu fortunée. L'important est de verser une cotisation de 500 roupies à l'inscription où vous remplirez un formulaire avec vos exigences et vos informations personnelles. En l'échange de cette somme, Monsieur Ali passera des annonces dans les journaux dont le très important journal dominical et vous communiquera de temps en temps une liste de personnes répondant à votre profil et vos critères.

Monsieur Ali a ouvert depuis peu son agence dans la véranda de sa maison de la ville de Vizag en Inde du Sud. Les demandes pour des mariages arrangées restent quasiement une étape obligatoire pour tout mariage indien, la petite entreprise de service fonctionne assez bien. Au point, que Monsieur Ali commençait à ne plus avoir de temps pour lui et pour son épouse Madame Ali. C'est alors qu'il embaucha une assistante, Aruna, fille de la caste brahame, qui a quitté ses études à l'université pour travailler afin de subvenir aux besoins de ses parents et de sa jeune soeur Vani encore étudiante. En effet, le père d'Aruna, est enseignement à la retraite mais sa pension est misérable et la maladie dont il a souffert a fait fondre toutes les économies de la famille.

Monsieur et Madame Ali vivent dans une belle maison avec, chose devenue rare, un petit jardinet devant la maison. Ils ont un fils mais ce dernier, à presque 30 ans, n'est toujours pas marié, comble pour un dirigeant d'une agence matrimoniale. Rehman, c'est son nom, malgré son diplôme d'ingénieur en poche, préfère manifester pour défendre les intérêts de paysans dont les terres ont été réquisitionnées pour y construire une zone économique par une société coréenne. Une détermination qui causera bien du soucis à ses parents et même une certaine célébrité.

Grâce à l'agence, Monsieur Ali, aidera bon nombre de familles et de prétendants à trouver l'âme sœur. Il croisera avec Aruna, des personnes de toutes professions et de statuts sociaux, il essaiera également d'aider des cas plus compliqués, des veufs ou divorcés. Mais ses efforts seront récompensés à l'annonce d'arrangements entre familles et de fiançailles. Aruna pourra, quant à elle, aider sa famille dans le besoin et acheter des denrées de la vie courante comme des légumes ou du riz mais aussi faire plaisir à sa sœur Vani. Aruna pourrait être aussi une cliente de l'agence matrimoniale, car est en âge de se marier. Mais ce rêve ne pourra sûrement jamais se réaliser, ses parents n'ont pas les moyens de payer une dot pour le mariage de leurs filles et pour organiser les cérémonies de mariage. Et pourtant ...

 

"Le bureau de mariage de M. Ali" est un roman bourré d'humour et de tendresse. De plus, il se lit très facilement et offre un agréable moment de lecture qui pourra ravir nombre de lecteurs intéressés ou non par l'Inde. Les personnages sont tous très attachants, surtout les personnages principaux, le couple Ali, un duo parfait et très amoureux, et la jeune Aruna, fleur bleue et très dévouée.

Ce roman permet également de découvrir les usages et les coutumes indiennes liées au mariage : critères de recherches, compatibilité, dot, fiançailles et cérémonie de mariage ; et quelle que soit la religion de chaque être. Certaines des étapes peuvent dans nombre de cas se révéler compliquer mais qui est pourtant un usage courant en Inde. Le mariage vient d'abord et l'amour peut-être après, car c'est souvent l'alliance de deux familles avant deux êtres que recherche les clients de Monsieur Ali. Pourtant, ce livre prend en compte que le contraire peut exister et évoque ce "second" sujet avec brio et parcimonie, une très belle réflexion qui intègre parfaitement les différentes interrogations et tous les problèmes qui peuvent en découdre, en y cherchant une solution en amont.

Outre le sujet "matrimoniale", l'auteure nous y fait également "vivre" l'ambiance d'un foyer indien à travers les descriptions des odeurs, saveurs, couleurs, rites et même superstitions.

Un livre que je recommande à tous car c'est une lecture très amusante, facile et avec une pointe de culture.

Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié et je vais me procurer la suite de ce roman nommée "Les 1001 conditions de l'amour" (titre original : The many conditions of love) que je vous ferais découvrir bientôt. A savoir, l'auteur a écrit une suite avec un troisième et quatrième livre, qui n'ont pas été traduit en français pour le moment "Wedding Wallah" et "Mrs Ali's Road to Happiness" et j'avoue que j'aimerais également beaucoup les découvrir.

Le Bureau de Mariage de Monsieur Ali par Farahad ZamaLe Bureau de Mariage de Monsieur Ali par Farahad ZamaLe Bureau de Mariage de Monsieur Ali par Farahad Zama

Le lendemain, M. Ali s'installa dans son nouveau bureau et déplia le journal sur la table. Il l'ouvrit à la rubrique matrimoniale. Dimanche était le jour le plus prisé pour ça : imprimés en petits caractères, les annonces couvraient toute une page. M. Ali fit glisser son doigt à la recherche de la sienne. Il n'avait pas les moyens de s'offrir un encart publicitaire, aussi s'était-il contenté d'une petite annonce.

Page 23

Aruna hocha la tête et continua son chemin. Mme Ali rentra chez elle, satisfaite. Elle savait que la jeune fille reviendrait. Elle la voyait toujours vêtue d'un simple salwar kameez en coton, un pantalon et une longue chemise fendue sur le côté, qui lui arrivait aux genoux. La tunique paraissait faite main. Elle ne portait jamais de vêtement de prêt-à-porter coûteux ; elle avait toujours de minuscules boucles d'oreilles et même une chaîne en or, autour du cou. Sa famille n'avait guère de moyens, à l'évidence. Aruna faisait l'effet d'une fille modeste, avec la tête sur les épaules, comme Mme Ali les appréciait.

Page 49

Irshad sortit lentement. Il marchait d'un pas hésitant, guidé par un jeune homme. Son visage disparaissait derrière un voile épais parsemé de fleurs de jasmin d'un blanc éclatant qui pendait de son turban. On le mena jusqu'à la jument ; il resta planté là. M. Ali se rendit compte qu'il n'était probablement jamais monté sur un cheval et ne se savait pas comment s'y prendre. Le fait qu'il ne voyait que ses pieds n'arrangeait pas les choses.

Page 262

Quelques conditions requises pour un mariage brahmane parfait

Le mehndi de henné pour « fabriquer la mariée ».
Une tenue austère pour que le fiancé s'habille en moine lors des rites précédant la cérémonie.
Un palanquin destiné à transporter la fiancée chez son futur époux.
Quatre plants de banane chargés de fruits, coupés à la racine.
Des tresses de feuilles de manguiers et de jasmin, des décorations florales en soucis et en kanakambaram.
Une noix de coco qui doit être brisée devant le fiancé au moment de son arrivée.
Deux grandes lampes en cuivre.
Une effigie du dieu Ganesh à la tête d'éléphant.
De la farine de riz et de la poudre rouge destinées à dessiner des motifs sur le sol à l'endroit où les jeunes mariés s'assoient.
Un sari faisant office de séparation pour maintenir les deux jeunes gens à l'écart lors des premières étapes de la cérémonie.
Un foyer et de petites bûches pour un feu ; du ghee et du camphre pour l'allumer.
Cinq variétés de fruits, quelques noix et feuilles de bétel, du sucre en poudre, des fruits secs.
Des guirlandes pour le fiancé, ses parents et ses beaux-frères.
Une petite photo de la divinité de la famille et des photos des parents des deux jeunes gens, s'ils ne sont plus de ce monde.
De la pâte de sucre de palme et de cumin, des bâtons de curcuma, du koum-koum, un plat de fleurs.
Des pendentifs blancs en polystyrène, avec motifs, destinés à orner les fronts de la mariée et de son futur époux.
Du riz en guise de confetti.
Un plat et un gobelet en cuivre pour laver les pieds du fiancé.
Une cloche en bronze et des idoles de Krishna, de Ganesh et d'autres divinités pour prier dans la nouvelle demeure des jeunes mariés.
Un gobelet en argent rempli d'eau et une cuillère pour oindre et pour boire.
Des pousses de neuf variétés de lentilles pour la puja de Gayatri.
Une zone dégagée pour exposer les ustensiles ménagers que la mariée emportera avec elle.
Des anneaux d'orteil en argent ou en or que le fiancé mettra à la future mariée.
Une meule sur laquelle la future mariée posera le pied pendant que le fiancé lui met ces anneaux.

Page 11-12

Le Bureau de Mariage de Monsieur Ali par Farahad ZamaLe Bureau de Mariage de Monsieur Ali par Farahad ZamaLe Bureau de Mariage de Monsieur Ali par Farahad Zama

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article