Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Longues distances de Jhumpa Lahiri

Malgré leurs différences, on les prenait constamment l'un pour l'autre, si bien que lorsqu'on en appelait un, les deux répondaient d'un même élan. Et il était parfois difficile d'identifier celui qui se manifestait tant leurs voix se ressemblaient. Assis de part et d'autre du jeu d'échecs, ils offraient une sorte d'image en miroir : une jambe fléchie, l'autre allongée, le menton sur un genou relevé.

Page 21

Longues distances

De Jhumpa Lahiri

Titre original : The lowland

Traduit de l'anglais par Annick Le Goyat

Editions Robert Laffont -

Format broché - Collection Pavillons - Parution du 12 mars 2015 - ISBN : 978-2221111451 - 468 pages - Prix éditeur : 22 €

Format poche - Collection Pavillons Poche - Parution du 15 juin 2017 - ISBN : 978-2221200608 - 576 pages - Prix éditeur : 11,50 €

~~~~~~~~~~

Prix "DSC Prize for South Asian Literature" en 2014

Nominé en 2013 pour le prix "Man Booker Price", le "National Book Award for Fiction", le "Baileys Women's Price for Fiction"

 

Subhash et Udayan pouvaient être pris pour des frères jumeaux, ils se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, excellaient dans les études et avaient une relation fusionnelle. Pourtant quinze mois les séparaient et chacun avait sa propre personnalité. Subhash était mesuré et réfléchi ; Udayan était rêveur et impulsif.

C'est justement cette différence qui va les séparer lorsque chacun poursuivra son propre cursus à l'âge d'aller à l'université. Udayan devient de plus en plus attiré par le mouvement communiste balayant le Bengale occidental dans les années soixante, la cause naxalite* luttant contre les inégalités et la pauvreté. Il en deviendra par ailleurs un fidèle partisan et activiste.

À l'issue de leurs études, comme beaucoup d'autres jeunes gens de leur génération, les deux frères se retrouvent surqualifiés et chômeurs. Udayan décida de prendre un poste de professeur de science dans une école proche de son quartier, tout en poursuivant de manière discrète la cause naxalite. Subhash, ne voyant pas d'avenir dans son pays décidera de poursuivre ses études pour obtenir un doctorat aux États-Unis. Une longue distance séparera les frères, pour toujours.

Subhash s'installera et étudiera l'océanographie océanique à Rhode Island en Amérique. Lorsqu'il entama son troisième automne là-bas, quelques jours avant que Calcutta devait fêter Durga Puga, une mauvaise nouvelle lui arrive, Udayan a été tué. Retour en Inde pour Subhash et prise de décisions importantes pour son avenir. Doit-il rester en Inde ou retourner à Rhode Island ? Poursuivre ses études ou s'occuper à son tour de ses parents ? Quelle décision doit-il entreprendre concernant sa belle-sœur enceinte et renier par ses parents depuis qu'elle est veuve ? L'épouser et la ramener en Amérique ou la laisser en Inde marquée à jamais par le veuvage ? L'aider à élever cet enfant ? L'aider à poursuivre ses études ?

Les répercussions des actions d'Udayan lieront irrévocablement et tragiquement le destin de tous les membres de sa famille, se répercutant à travers les continents et s'infiltrant à travers les décennies qui suivirent et sur les générations futures. Je vous fais partager, une citation extraite en troisième partie, fruit des pensées de Subhash quelques instants après avoir découvert la raison pour laquelle son frère a été tué :

"Udayan avait donné sa vie pour un mouvement qui s'était fourvoyé, n'avait causé que des dommages, et qui était déjà démantelé. Il aspirait au changement, or le seul changement survenu avait eu lieu au sein de sa propre famille."

"Longues Distances" est un drame intercontinental, multigénérationnelle, ambitieux et une réussite littéraire. C'est un roman intimiste à plusieurs voix qui se déroule sur une quarantaine d'années entre Calcutta et le Rhodes Island. Le lecteur y découvrira également des souvenirs antérieurs à cette période, le mariage des parents et l'enfance des garçons. L'auteur coïncide son récit avec les faits de l'histoire indienne (la révolution et les actions naxalite qui occupent une grande partie du roman, la naissance du Bangladesh, les échos de Mao, ...) et américaine à travers la guerre du Vietnam. L'on y découvre également l'évolution et la modernisation qui aura lieu au fil des décennies des deux pays. L'auteur y fait jouer subtilement les contrastes entre le delta du Gange et la côte de Nouvelle-Angleterre, sur le plan des couleurs, des odeurs, des bruits, des textures, de la vie sociale, des conventions. Udayan est le noyau central du roman, sa présence et son souvenir ne s'amenuiseront pas au fil des années, reprenant à certaines étapes de la vie des personnages principaux le dessus.

Le roman traite de nombreux sujets : les relations familiales et ses tensions, le mariage en-dehors des traditions, le devoir et l'honneur, l'amour, l'immigration indienne aux États-Unis, la recherche d'identité, le sentiment d'abandon et de vulnérabilité, l'engagement politique, ...

"Longues Distances" est un roman, qui, comme "L'interprète des maladies" peut largement avoir sa place, parmi les incontournables de la littérature indienne en langue anglaise.

 

* Naxalite, est dérivé de Naxalbari, un petit village au nord de Calcutta où les paysans pauvres se sont élevés contre la la police et les propriétaires en 1967, déclenchant les rêves d'une insurrection nationale.

Mis bout à bout, les filins de tous les câbles suspendus mesuraient douze mille kilomètres : la distance entre l'Amérique et l'Inde. La distance qui le séparait de sa famille.

Page 92

A nouveau, les feuilles des arbres perdirent leur chlorophylle et se teintèrent des nuances de son pays : nuances chaudes du poivre, du curcuma et du gingembre que l'on pilait dans la cuisine chaque matin pour assaisonner les plats préparés par sa mère.
Des couleurs qui lui semblaient venir du bout du monde et apparaissaient d'abord à la cime des arbres.

Page 114

"Udayan avait donné sa vie pour un mouvement qui s'était fourvoyé, n'avait causé que des dommages, et qui était déjà démantelé. Il aspirait au changement, or le seul changement survenu avait eu lieu au sein de sa propre famille.

Page 156

Longues distances de Jhumpa LahiriLongues distances de Jhumpa Lahiri
Longues distances de Jhumpa LahiriLongues distances de Jhumpa Lahiri

Mes plus sincères remerciement aux éditions Robert Laffont pour cette collaboration et de m'avoir permis de découvrir ce roman en avant-première.

Longues distances de Jhumpa LahiriLongues distances de Jhumpa Lahiri

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article