Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
atasi.india.mania.com

atasi.india.mania.com

" Une fois que vous aurez senti la poussière de l'Inde, vous ne vous en libèrerez jamais " Rumer Godden

Modi, 1er ministre indien et les élections législatives

MODI, le 1er ministre indien

 

 

Membre du parti politique BJP "Bharatiya Janata Party" (parti du peuple indien, créé en 1980, c'est un parti  de droite de nationaliste hindou), il est devenu "Ministre en Chef" du Gujarat en 2001 (Chef du Gouvernement d'un Etat, l'Inde n'a pas des régions mais des Etats). 

Les résultats des éléctions pour le Poste de Premier Ministre a été connu le 16 mai 2014, Modi ayant fait une victoire écrasante remportant 331 sièges. Elu Premier Ministre de l'Inde, son investiture s'est déroulé le 26 mai 2014.

Narendra Damodardas Modi est né le 17 Septembre 1950 dans une famille d'épiciers dans Vadnagar dans le district de Mehsana de ce qui était alors la Présidence de Bombay (aujourd'hui Gujarat) . Modi a aidé son père à la vente de thé (chaiwalla) à la gare de Vadnagar quand il était enfant et adolescent, ensuite il a tenu un stand de thé avec son frère près d'un terminus de bus en 1967. Il a fait ses études dans Vadnagar, où un enseignant l'a décrit comme étant un élève moyen mais bon orateur. Modi a officiellement rejoint la RSS après la guerre indo-pakistanaise de 1971.

À l'âge de huit ans, Modi est entré en contact avec le groupe RSS (Rashtriya Swayamsevak Sangh (groupe fondé en 1925 dont le but premier était de former des hommes hindous par la formation du caractère d'unir la communauté hindoue) et il a commencé à fréquenter ses shakhas locaux où il est venu en contact avec Lakshmanrao Inamdar, populairement connu comme Vakil Saheb, qui est connu comme son gourou politique et mentor. Inamdar intronisa Modi comme "balswayamsevak", un cadet junior RSS. Au cours de sa séance d'entraînement du matin à la "pitha shakha keri" de RSS, il a également été en contact avec Vasant Gajendragadkar et Nathalal Jaghda, les dirigeants du Jan Sangh, qui ont fondé plus tard a fondé le BJP en 1980.

Les parents de Modi ont arrangé un mariage lorsqu'il était enfant, dans le respect des traditions de la caste Ghanchi. Fiancé et marié à Jashodaben Chimanlal, ils vécurent peut de temps ensemble et d'après la biographie de Modi, le mariage n'a pas été consommé. Ce mariage a été longtemps un secret et n'a été révélé que pour les éléctions de 2014. Modi ne voulait pas être marié mais avoir une vie itinérante, celle d'ascète.

Après avoir quitté la maison à 17 ans, il se rendit à l'ashram "Mission Ramakrishna" à Rajkot, puis au "Belur Math" près de Kolkata (Calcutta). Puis il a rejoint la ville de Guwahati en Assam et plus tard il alla à un autre ashram mis en place par le "Swami Vivekananda" à Almora, dans les contreforts de l'Himalaya. Deux ans après, il est retourné à Vadnagar et après une brève halte à sa maison, Modi repart pour Ahmedabad, où il a vécu et travaillé au stand de thé tenu par son oncle où il a de nouveau été en contact avec Lakshmanrao Inamdar (RSS) qui était alors basé à Hedgewar Bhavan, le siège de la RSS dans la ville. Modi travailla ensuite dans la cantine du "Gujarat State Road Transport Corporation (GSRTC), une société d'autobus dont le siège est au Gujarat. Il y travailla jusqu'à ce qu'il devienne un "Pracharak" à temps plein (propagandiste) du RSS en 1970. Modi rejoindra officiellement le RSS après la guerre indo-pakistanaise.

 

 

Au cours de 1975-1977, lorsque le Premier ministre Indira Gandhi a déclaré l'état d'urgence où les opposants politiques ont été emprisonnés et l'organisation politique, y compris RSS ont été interdits, Modi est entré dans la clandestinité. Déguisé pour échapper à une arrestation il a imprimé et diffusé des brochures contre le gouvernement central de Delhi mais il organisa aussi des agitations et distribua secrètement des tracts pour Jan Sangh (avant la création par ce dernier du BJP) et participa au mouvement contre l'état d'urgence

En 1978, Modi obtiendra son diplôme en Sciences Politiques dans l'Université de Delhi, études qu'il fera par correspondance.

Modi adhéra au BJP en 1988,

Bien que Shankersinh Vaghela et Keshubhai Patel étaient deux grandes personnalités politiques du BJP au Gujarat, Modi eut de la notoriété après avoir organisé pour Murli Manohar Joshi la Ekta Yatra (National Integration rally) en 1991. La Ekta Yatra ou Tiranga Yatra est une campagne politique qui a eut lieu dans les Etats du le Jharkhand, Bihar, l'Uttar Pradesh, Maharashtra, Madhya Pradesh, Rajasthan, Punjab et Haryana.

En 1988, Modi a été élu secrétaire à l'organisation de l'unité de Gujarat BJP et cela marqua son entrée officielle dans le courant principal politique. En tant que secrétaire, sa stratégie électorale était la victoire de BJP lors des élections de 1995 au Gujarat.

En Novembre 1995, Modi a été élu secrétaire national du BJP et a été transféré à New Delhi où il a été chargé des activités du parti dans l'Haryana et de l'Himachal Pradesh.  Shankersinh Vaghela décida d'abandonner le BJP après avoir perdu les élections de 1996 pour accéder à la Lok Sabha (Chambre basse ou Chambre du Peuple au Parlement Indien). Modi a été promu au poste de Secrétaire Général (Organisation) du BJP en mai 1998. Lors des élections de "Ministre en Chef" du Gujarat, Modi favorisa les partisans de Keshubhai Patel sur les fidèles de Shankersinh Vaghela, lors d'une tentative de mettre fin aux divisions au sein du parti. Ses stratégies ont été crédités comme étant la clé pour gagner les élections de 1998.

En 2001, la santé de Keshubhai Patel était mauvaise, et le BJP a perdu des sièges dans les élections partielles. Les allégations d'abus de pouvoir, de corruption, de mauvaise gestion ont été constatés et le grand séisme du Gujarat ont donné un coup de massue à la notoriété de Keshubhai Patel.

En conséquence, la direction nationale du BJP a demandé un nouveau candidat pour le poste de "Ministre en Chef" du Gujarat ministre en chef de l'Etat du Gujarat, et Modi, qui avait diffusé ses doutes à propos de l'administration de Patel, a été choisi comme remplaçant. Un dirigeant du BJP, LK Advani avait des doutes sur le manque d'expérience et sur les compétences de Modi, demanda que ce dernier soit vice-président de Patel. Modi ne voulut pas ce poste de vice-précident et annonça alors qu'il voulait soit devenir le "Ministre en Chef" du Gujarat soit rien du tout.

Le 7 octobre 2001, Modi devient le "Ministre en Chef" du Gujarat avec la responsabilité de préparer le BJP pour les élections de décembre 2012. En tant que Ministre en Chef du Gujarat, les idées de Modi tournait autour de la privations et du libéralisme.

Malgré des émeutes en 2002 au Gujarat mettant en place un couvre-feu dans l'Etat, Modi eut un second mandat de 2002 à 2007, un troisième de 2007 à 2012 et le dernier de 2012 à 2014 avant de devenir Premier Ministre Indien, le premier homme né après l'Indépendance de l'Inde en 1947.

En mars 2013, Narendra Modi a été nommé à la Commission parlementaire BJP, le plus haut organe de décision du parti, et a été choisi pour être président du Comité central de campagne électorale du parti. Le 10 juin 2013, Modi a été choisi à la tête de la campagne du scrutin pour les élections à la réunion de l'exécutif au niveau national de BJP dans l'Etat de Goa. Dirigeant du parti, LK Advani a alors démissionné de toutes ses fonctions à après cette décision. Cependant, Advani a retiré sa démission le lendemain à la demande du RSS, Mohan Bhagwat. Le 19 juillet 2013, un comité de 12 membres, dirigé par Modi et sous la direction de l'ancien premier ministre Atal Bihari Vaijpayee, Rajnath Singh et Advani ont été nommé au conclave Goa. En septembre 2013, le BJP a annoncé Modi comme candidat du Premier ministre.

 

Modi, 1er ministre indien et les élections législatives
Cliquer sur l'image pour la voir en détailCliquer sur l'image pour la voir en détail
Cliquer sur l'image pour la voir en détailCliquer sur l'image pour la voir en détail
Cliquer sur l'image pour la voir en détailCliquer sur l'image pour la voir en détail
Cliquer sur l'image pour la voir en détailCliquer sur l'image pour la voir en détail

Cliquer sur l'image pour la voir en détail

Les élections législatives

 

Quelque 814 millions d'Indiens ont été appelés aux urnes pour les élections législatives hors normes qui se sont ouvertes le lundi 7 avril et qui ont durer jusqu'au 12 mai. Soit 100 millions de plus que pour les précédentes élections de 2009. A titre d’exemple, les Etats-Unis, deuxième démocratie mondiale, ne comptent "que" 219 millions d’électeurs. Parmi ces 814 millions d'Indiens, ce fut la première fois que des personnes dites du 3ème sexe (transgenre) et des Indiens vivant à l'Etranger ont pu s'inscrire pour voter.

Le but est d'élire pour cinq ans la XVIe législature de la Lok Sabha, la Chambre Basse du Parlement Indien (sous réserve de dissolution par le Président de l'Inde Pranab Kumar Mukherjee, qui lui a été élu en 2012 par suffrage indirect pour un mandant de cinq ans par un collège électoral composé des membres du Parlement -> Lok Sabha, la Chambre Basse et la Rajya Sabha, la Chambre Haute et les législatures des Etats).


Les électeurs indiens devaient choisir quel parti et quel Premier ministre dirigeront le pays parmi 15.000 candidats à compter du 26 mai.

Le marathon électoral se déroule en neuf étapes pour permettre aux électeurs de déposer leur bulletin dans l'un des près d'un million de bureaux de vote du pays, dispersés des contreforts himalayens au sud tropical. Défi logistique, les bulletins de vote électronique sont adaptés aux vingt-deux langues reconnues en Inde.

Les élections se tiennent au scrutin uninominal majoritaire à un tour (chauqe électeur doit choisir un candidat parmi plusieurs) : dans chaque circonscription, est élu le candidat ayant rassemblé le plus grand nombre de voix, quel que soit son score. Il y a 543 circonscriptions, dont 84 sont réservées pour des candidats des "castes répertoriées" que l'on connait sous dalits et 47 pour des candidats des "tribus répertoriées" (adivasis).

Il existe environ 930 000 bureaux de vote à travers le pays, une augmentation de 12 % par rapport aux dernières élections. Comme en 2004 et 2009, tous les bureaux sont équipés de machine à voter électroniques. Avant et après le scrutin, les machines à voter sont transportées sous escorte militaire et stockées dans des lieux sécurisés.

Les listes électorales disponibles dans chaque bureau comportent les photos d'identité des électeurs et 96 % des électeurs disposent d'une carte d'identité électorale avec photo. Au total, 12 millions de personnes sont chargées d'assurer la sécurité du scrutin

 

Le taux de participation a été de 551 millions de votants, soit une participation de 66,38 %, soit la plus élevée depuis l'Indépendance de l'Inde.

Le BJP (Bharatiya Janata Party) dont le candidat est Narenda Modi qui a remporté  une large victoire et la majorité absolue des sièges.

La victoire du Bharatiya Janata Party (BJP), la formation des nationalistes hindous, est écrasante, sans précédent. A lui seul, il obtient deux cent quatre-vingt-deux sièges, dans une Assemblée (Lok Sabba) qui en compte cinq cent quarante-trois. Avec ses alliés, il atteint même trois cent trente-six élus. L’effet amplificateur et les distorsions du mode de scrutin majoritaire à un seul tour — le BJP ne rassemble que 31,2 % des voix, et sa coalition moins de 40 % — n’enlèvent rien à la portée et à l’impact réel de ce succès. Depuis 1984, où le Parti du Congrès avait totalisé 79,8 % des sièges, aucun parti n’avait réussi un tel exploit. Pendant les trois dernières décennies, l’Inde a connu une succession de gouvernements de coalition, aucun groupe parlementaire n’obtenant une majorité à lui seul.

En vérité, la victoire est avant tout celle de M. Narendra Modi, candidat du BJP au poste de premier ministre, qui a mené campagne en son nom propre, ses immenses affiches portant son portrait au premier plan, devant le lotus, symbole du BJP, sans autre référence à son parti. En vérité, la victoire est avant tout celle de M. Narendra Modi, candidat du BJP au poste de premier ministre, qui a mené campagne en son nom propre, ses immenses affiches portant son portrait au premier plan, devant le lotus, symbole du BJP, sans autre référence à son parti.

Il met ainsi fin à dix années de gouvernement du Congrès National Indien et de l'UPA ('Alliance progressiste unie) . Le Congrès, dont la campagne est dirigée par Rahul Gandhi, héritier de la dynastie Gandhi A réalisé le pire résultat de son histoire avec seulement 44 sièges.

 

 

 

   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
   

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article